Préparer une autoédition papier sur Amazon : mon recueil Éclats de silicium

Un article au travers duquel je vais essayer de vous présenter de façon (relativement) concise les étapes à suivre pour autoéditer un livre broché sur Amazon KDP, en prenant l’exemple de mon recueil de nouvelles Éclats de silicium.

 

Les formalités côté Amazon : création de compte et déclaration pour l’administration fiscale américaine

Ce qu’il vous faut :

– un RIB du compte bancaire où vous souhaitez recevoir les royalties des ventes

– votre numéro fiscal, qui sera appelé par Amazon « TIN » (Tax Identification Number), qui est indiqué sur vos déclarations d’impôt avec la mention du « Déclarant ».

Tout d’abord, première étape : créer un compte Kindle Direct Publishing.

Le service n’est pas facilement accessible via le site de vente Amazon classique Amazon.fr, il vous passer par cette adresse, le portail de connexion à KDP Amazon.

Comme indiqué, vous pouvez tout à fait utiliser un compte Amazon déjà existant pour vous y connecter, ça n’impactera en rien votre utilisation habituelle du compte en tant que client d’autres services Amazon.

Il vous sera par la suite demandé un numéro de téléphone pour vérifier le compte et sécuriser les opérations liées aux coordonnées bancaires.

Enfin, pour que votre compte KDP soit opérationnel, il vous faudra lier un compte bancaire, et renseigner un formulaire destiné à l’administration fiscale américaine (IRS, Internal Revenue Service)

Les informations demandées sont simples, nom, adresse, etc.… et le fameux numéro de TIN dont je parlais plus haut.

Ces informations sont obligatoires mais concernent surtout, de ce que j’ai compris (via les pages d’aide Amazon) les ventes réalisées sur la plateforme Amazon.com.

Si vous êtes de nationalité française et basé en France, il semble que la retenue fiscale sur les revenus Amazon.com tombe à 0 % dans le cadre d’un accord fiscal passé entre les pays.

Passé ces étapes, et possiblement, un petit délai de validation des informations fiscales (j’ai créé mon compte en novembre, je ne me souviens plus s’il y a eu de l’attente…), votre compte devrait être prêt à publier votre premier ouvrage.

Publication d’un livre broché sur Amazon KDP

Nous y voilà !

La publication d’un livre broché sur KDP se déroule en trois étapes.

Certaines d’entre elles peuvent faire l’objet de modifications après publication, à certaines exceptions près. Je préciserai au cas par cas les points qui ne sont plus modifiables a posteriori.

1) Les informations sur le livre : le titre, nom d’auteur, thèmes, description… en gros, les métadonnées

2) Le contenu, qui comprend donc le chargement du fichier PDF mais aussi l’importation ou la création de la couverture

3) Le choix des sites de vente et du prix

Revenons sur chaque étape dans l’ordre.

1) Les informations sur le livre

Ici, rien de bien compliqué.

Sachez toutefois que les champs « Langue », « Titre du livre », « Numéro d’édition » et « Auteur » ne seront plus modifiables pour les éditions suivantes une fois le livre publié. Bon à savoir si par exemple, vous vouliez changer de nom d’auteur…

Les champs qui peuvent donner le plus de fil à retordre (pour moi du moins) sont la « Description » et les « Mots-clés ».

Description : ce sera donc la petite présentation que l’on retrouve sur tous les livres vendus sur Amazon, j’ai toujours peur de trop ou de ne pas assez en dire…

J’ai finalement opté pour mettre exactement le même texte que sur la quatrième de couverture, en me disant que dans une librairie papier, c’est tout ce qu’un potentiel lecteur aurait à disposition spontanément, et que cette accroche doit donc déjà être soignée au possible…

Je ne prétends pas que cela soit LA bonne méthode, mais j’ai tenté !

En ajoutant toutefois à la suite aussi, un court sommaire des nouvelles figurant dans le recueil.

Mots-clés : C’est une question épineuse. Vous ne pouvez en choisir que 7.

J’ai essayé de mêler mots-clés plus généralistes (science-fiction, anticipation, thriller) et plus spécialisés (hacking, cyberpunk, informatique, hacker) mais je lis souvent qu’il vaut mieux opter pour des mots-clés composés… de plusieurs mots.

Mon idée a été d’alterner entre caractéristiques assez basiques (mon recueil est indéniablement à la fois en thriller, anticipation et SF) mais aussi de cibler sur certaines thématiques que j’aborde et qui me semblent potentiellement porteuses d’une certaine « hype », comme le hacking, la figure du hacker…

2) Le contenu du livre et la couverture

Nous arrivons à une partie beaucoup plus technique, car elle implique d’avoir préparé son fichier de contenu, le corps du livre lui-même, à l’avance.

Pour la couverture, ce n’est pas une obligation, Amazon KDP propose un outil de conception très basique avec des modèles préétablis ou la possibilité de charger sa propre image.

Mais cet outil qui vise la simplicité présente aussi pas mal de défauts et de limites en contrepartie…

J’y reviendrai plus loin.

Ainsi que sur les longs moments à lutter contre les mises en forme automatiques…

La plupart des champs de cette section, à l’exception du contenu du livre et de la couverture, ne pourront plus être modifiés par la suite.

Si cela semble logique pour le code ISBN fourni par Amazon, il vaut mieux le garder à l’esprit pour le choix des options d’impression.

Intérieur et type de papier : Pour ma part, j’ai opté pour le « papier crème ». Plus encore que la teinte, c’est surtout pour sa texture : je le trouve très doux, comparé au papier blanc des livres Amazon que j’ai pu manipuler IRL qui a une texture presque légèrement glacée.

En bonus, le « papier crème » est composé à 30 % de papier recyclé, ça peut toujours être un petit plus sympathique…

Taille de coupe : j’ai choisi 13,34 x 20,32 cm après avoir comparé plusieurs ouvrages autoédités Amazon que j’avais sous la main. C’est un choix évidemment totalement subjectif là-aussi !

Bien entendu, le choix de la taille de coupe déterminera également les marges et la mise en page de votre fichier de contenu. Je reviendrai sur ce point plus loin.

Pour idée, c’est un format légèrement plus large et plus haut qu’un livre de poche, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Fond perdu : cette option n’aura d’intérêt que si vous incluez de grandes images à votre ouvrage, ou des motifs graphiques intérieurs (tours de page, par exemple, type enluminures ou autres) qui arrivent jusqu’au bord de la page.

N’étant pas concerné dans le cas de mon recueil, je n’ai pas creusé ce paramètre outre mesure, vous trouverez tous les détails (très) techniques sur cette page d’aide KDP.

Finition de la couverture : vous aurez le choix entre« Mat », et « Brillant ». J’aime bien le rendu mat de certains livres autoédités que j’ai pu voir passer, je le trouve très sobre et d’une certaine manière… cossu. La texture est très douce, mais prend en revanche énormément les traces de doigt, et le rendu des couleurs est plus terne.

Pour mon recueil, en écho au thème high-tech, j’ai finalement opté pour la couverture brillante qui rappelle davantage le miroir noir d’un écran, pour ne pas faire écho à une série bien connue…

Avantages : un rendu des couleurs très vif, et les traces de doigt s’effacent comme sur une surface lisse.

L’inconvénient : les reflets, forcément, pas toujours très flatteurs en photo…

Le manuscrit : là, on va commencer une partie technique. Si jamais vous n’avez pas déjà opté pour une mise en page, je vous indique à la suite celle que j’ai choisie pour Éclats de silicium. Bien entendu c’est une mise en page, je ne prétends pas du tout qu’elle soit mieux qu’une autre ou être un modèle à suivre !

AVERTISSEMENT : tous les exemples qui suivent sont sous le traitement de texte LibreOffice, car je n’utilise pas Word. Si vous êtes sous Word, les menus, etc, peuvent différer des indications que je propose.

Tout d’abord, la première chose à faire selon moi : régler la taille de page.

Vous pouvez établir des réglages personnalisés dans le menu Format : Page, comme ci-dessous.

format page

Les dimensions de la page doivent bien entendu être à l’identique de la taille de coupe !

En revanche, le choix des marges est une décision personnelle. Pour ma part, j’ai procédé en examinant de nombreux livres que j’avais sous la main.

Parfois, je trouvais les marges trop grandes, et le texte me semblait perdu au milieu de la page.

Pour d’autres, notamment dans le format type livre de poche, je trouvais beaucoup trop compact et un effet « bloc » pas forcément très attractif.

J’avais commencé par mettre 2,00 cm partout, mais au premier tirage test, il s’est avéré que l’espace réservé au pied de page (pour indiquer le numéro de page) ajoute un peu d’espace qui s’additionnait en trop à celui de la marge du bas.

Sur ma version actuelle, l’espacement de marge en bas est donc à 1,50 cm.

En parlant de numérotation des pages : j’ai passé littéralement une ou deux heures à me battre pour essayer de ne pas faire entrer dans le décompte des pages la page de garde, de mentions légales, de sommaire…

Si vous êtes un peu maniaque sur ça vous aussi, je vous propose une solution artisanale et probablement pas super propre, mais qui fonctionne :

1) Créer un style de page qui ne fasse pas apparaître le pied de page (pour « gommer » la numérotation) des pages qui ne doivent pas être numérotées.

Pour ça, allez dans « Styles », « Gérer les styles », ce qui fera apparaître le panneau latéral que vous verrez sur la capture d’écran suivante.

onglet styles

Ouvrez les « Styles de page » (le nom apparaît en survolant avec le curseur de la souris) et avec un clic droit créez un nouveau style (vérifiez les tailles de page et de marge au passage, qu’elles soient toujours adaptées à votre taille de coupe).

Comme vous pouvez voir sur la capture d’écran, l’onglet « Pied de page » permet de désactiver ce champ.

pied de page désactivé

2) Insérez autant de pages affublées de ce style que nécessaire pour votre page de garde, mentions légales, sommaire…

Pour ça, allez dans « Insertion » (logique…), cliquez sur « Saut manuel », et sélectionnez dans le menu déroulant « Style » celui que vous venez de créer pour l’occasion.

3) Insérez une page dans le style standard à la suite de ces pages non décomptées dans la numérotation de page là où vous voulez que la numérotation commence.

Mais cette fois, optez pour le « Style par défaut » (ou le style que vous utilisez de base pour le corps du roman) et cochez la case « Modifier le numéro de page » en précisant à quel numéro vous voulez commencer.

BONUS : votre style de page sans numérotation pourra aussi servir d’intercalaire entre deux nouvelles si comme moi, vous allez autoéditer un recueil. Ceci expliquant au passage le nom que j’ai donné au style de page dédié sur mon propre fichier…

Alternance des pages droite et gauche

Pour une maquette de livre papier, la disposition des pages ne sera évidemment pas celle du « scrolling éternel » qu’on connaît de base sur un traitement de texte.

Pour disposer les pages comme dans un livre, il vous faut passer par « Format », « Page », et sélectionner l’option ci-dessous : « Mise en page : Droite et gauche »

format page

N’oubliez pas de le configurer aussi sur vos autres styles de page si vous en avez créés ou personnalisés !

Paragraphes et police de caractères

Là aussi, c’est une question d’équilibre entre la dimension de votre page et celle du contenu affiché. Pour exemple, voici la page de titre, des mentions légales, et celle d’un début de nouvelle.

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

SAMSUNG CSC

J’ai opté pour les valeurs suivantes, avec pour l’intégralité du texte la police Liberation Serif, car j’aime la sobriété quelque peu austère, je dois l’avouer… et qui plus est, libre de droits (sous Open Font License).

Titre : 26

Sous-titre : 12

Nom d’auteur : 20

Mentions légales : 9

Titre « Sommaire » : 16, gras

Sommaire : 12

Titres de nouvelles : 12, gras

Corps de texte : 11

Création de votre table des matières

Que votre livre soit un roman ou un recueil de nouvelles, vous souhaiterez probablement intégrer un sommaire ou une table des matières.

C’est très simple, et partiellement automatisé, je vous propose de suivre ces étapes :

1) Appliquer un style de « Titre » à vos titres de nouvelles ou vos chapitres (qu’ils soient titrés ou non).

Pour ça, sélectionnez simplement la zone de texte de votre titre, et appliquez l’un des styles de titre dans le menu déroulant des styles. Vous pouvez éditer le style du titre, au niveau police de caractères, etc, dans le menu des styles.

style des titres

2) Insérer une table des matières. Allez dans « Insertion », « Tables des matières, index ou bibliographie », en sélectionnant la case « Plan » comme affiché ci-dessous.

insertion table des matières

Je vous conseille au passage de décocher « Protégé contre toute modification manuelle », car cela vous permettra d’éditer à la main votre sommaire si jamais des titres intrus apparaissent à cause d’une fausse manipulation, sans avoir à chercher laborieusement comment modifier l’insertion automatique dudit intrus !

ATTENTION : si vous modifiez votre corps de texte APRÈS insertion de votre table des matières et que la numérotation des pages s’en trouve changée, pensez à faire un clic droit sur le sommaire et « Mettre à jour l’index », sinon il affichera toujours l’ancienne numérotation !

La couverture

Cette section ne sera que peu développée, car j’ai opté pour ce qui me semblait, alors, le plus simple : utiliser le créateur de couverture proposé par Amazon, en y uploadant une image libre de droits pour servir de base.

L’outil proposé par Amazon est effectivement très minimaliste et facile à cerner… Mais aussi extrêmement rigide.

Les emplacements de titre, nom d’auteur, etc sont prédéfinis selon plusieurs modèles proposés. Et si l’envie vous prend d’essayer de les personnaliser, vous allez devoir vous battre avec l’interface qui cherchera sans cesse à vous remettre dans le droit chemin du cadre établi.

Faites particulièrement attention à la taille de police ! Je ne compte plus le nombre de fois où j’avais choisi méticuleusement une taille qui me plaise ET soit acceptée par l’outil (qui peut s’opposer à vos choix en considérant que la zone de texte n’est plus respectée), mais dès que j’ai cliqué ailleurs pour sélectionner une autre zone, le créateur de couverture s’empressait de la remettre en taille automatique (et souvent minuscule).

De même, le contenu de certaines zones est lié et se reportera automatiquement entre la première de couverture et la tranche du livre, par exemple.

Enfin, faites attention à la résolution de l’image que vous souhaitez utiliser ! Le créateur de couverture n’acceptera que des images avec une résolution d’au moins 300 ppp (pixels par pouce), afin de proposer un résultat de bonne qualité à l’impression.

Si vous ne savez pas où trouver des images libres de droit, ces deux sites, Unsplash et Pixabay, en proposent d’impressionnantes collections.

Aperçu du livre

L’étape de prévisualisation est obligatoire (et nécessaire) avant de pouvoir enregistrer votre projet pour passer à l’étape suivante. Elle prend la forme d’une épreuve numérique qui vous indiquera les marges de découpage, et vérifiera automatiquement la présence de caractères non imprimables ou de problèmes de mise en page.

À noter : si vous téléchargez une épreuve au format PDF, la première et la quatrième de couverture n’y apparaissent pas, c’est normal et ne doit pas vous inquiéter.

3) Droits et prix du livre broché

Territoires

Cette partie permettra de sélectionner les pays dans lesquels votre livre papier sera disponible à la vente via les différents sites Amazon.

Étant donné que votre livre est au format papier, vous pouvez possiblement tomber sous le coup des lois qui concernent le dépôt légal obligatoire, selon les pays.

Il semblerait par exemple qu’un livre au format papier vendu sur le marché américain ou britannique feraient l’objet d’un dépôt légal obligatoire auprès de la Library of Congress et de la British Library.

Afin d’éviter le surcoût de l’expédition d’exemplaires papiers à l’étranger, j’ai opté pour ne proposer mon livre broché qu’en France.

ATTENTION : En France, le dépôt légal est obligatoire pour tous les livres imprimés. Vous pouvez retrouver toute la procédure détaillée et expliquée sur cet article de Bookelis.

Prix et redevances

Attention : le prix que vous devez entrer est hors-taxes ! Amazon indiquera automatiquement la transposition en prix TVA comprise.

Et… voilà, je pense avoir fait le tour ! Il ne vous reste plus qu’à attendre que votre livre broché soit vérifié et validé par Amazon, vous recevrez une notification par email quand il sera en boutique.

S’il vous pensez qu’il manque quelque chose, ou si une étape vous semble floue, n’hésitez pas à me le faire savoir sur Twitter ou par email (keot[@]netcourrier.com)