Épave

Contexte marin. Tempête (début, ou plutôt la fin du « calme annonciateur »).

Une digue rocheuse (ou renfort de la grève) en blocs de pierre et de ciment irréguliers. Pointes de fer rouillé du béton. Humidité assez lourde, poisseuse. Vent marin fort, qui gagne en puissance crescendo. Vagues hautes, mais encore rondes (ne se brisent pas sur la digue). Pas de rouleaux, même au loin. Aucune crête d’écume. Seulement des ondulations d’eau lisse, couleur de plomb.

Ciel déchiré, noir et gris, percé d’une vague éclaircie sous-jacente. À quelques mètres de la digue, un bateau flotte entre deux eaux. Un engin de plaisance à moteur, la cabine est importante. Il est submergé jusqu’aux plus hautes fenêtres, vitres brisées sur l’obscurité. Pas de dégâts visible sur la coque ni le pont ; la peinture semble récente.

Par à-coups, les remous le portent. Tournant de flanc, il vient se heurter à la digue. Grincements de fibre de verre et de composites contre les roches.