À quai

Une forteresse immémoriale : murs cyclopéens de pierre sombre et moussue, dominant un océan déchaîné.

Le pan de rempart qui relie deux tours colossales semble fermer un bras de mer (avant-port fortifié ?)

Entrée par le haut de la tour, ou peut-être à mi-hauteur. Escalier de pierre étroit, qui suit la muraille humide. Dalles verdâtres, poisseuses d’algues et de sel. Tonnerre des vagues, grondement lourd, assourdissant. En bas, des flaques d’eau de mer. Odeur d’iode, d’écume et de tempête. Une porte en arche s’ouvre sur le passage qui traverse le rempart. Ce couloir est ouvert sur des rangées de colonnes à voûte plein cintre comme le promenoir d’un cloître. Les vagues les plus fortes le balaient, de temps en temps. Par forte mer, le passage est impossible.

Un bateau est à quai, du côté intérieur, abrité des rouleaux.