Cyberspace local : quelques alternatives aux mégacorpo du web

Images d’origine par Sara_Torda et Peggy_Marco sur Pixabay.

Si les mégacorporations en ligne (GAFAM et autres acteurs plus en retrait, Microsoft, IBM…) offrent pléthore de services dont il devient de plus en plus difficile de se passer, il existe pourtant certaines alternatives d’ampleur bien moins gargantuesques, plus « production locale », engagés pour le respect des données personnelles, et qui proposent des fonctionnalités d’une excellente qualité.

Je vous propose de découvrir quelques uns de ces « petits producteurs » du cyberspace dont je suis, personnellement, extrêmement satisfait, classés par catégorie.

 

Cloud

Si je ne suis pas adepte de la sauvegarde permanente sur cloud distant (je préfère avoir plusieurs supports de sauvegarde en local), le stockage en ligne reste un incontournable ne serait-ce que pour partager des fichiers volumineux.

Étant le principal photographe des sessions de murder party, jeu de rôle ou jeu de plateau avec des ami.e.s IRL, je me sers régulièrement de Cozy Cloud pour les partager par la suite aux convives. Cozy est un service français et hébergé en France, qui propose en offre gratuite 5 Go de stockage (moins que Google Drive, mais bien plus que les 2 Go de Dropbox par exemple, pourtant très plébiscité). J’aime bien l’interface, très propre, je la trouve simple à prendre en main.

Dans le cadre du confinement pour le COVID-19, j’ai initié ma mère (professeure de français en lycée) à utiliser Cozy pour partager les documents de cours et devoirs à ses élèves.

L’entreprise s’engage à une politique de confidentialité solide, et présente un rapport très détaillé de tous les services sous-traitants et des données auxquelles ces derniers ont accès.

Sur le plan des services, je n’ai pas testé autre chose que le Drive, mais je sais que Cozy propose l’interconnexion avec plusieurs comptes officiels (Ameli, les Impôts…) afin de rassembler ses documents numérisés dans un seul point, ainsi qu’un album photo, une appli de notes et en version beta actuellement, un gestionnaire de mot de passe.

L’application Cozy étant également disponible sur smartphone, je pense tester prochainement Cozy Notes pour garder trace de mes brainstorms itinérants, je mettrai à jour cet article après l’avoir essayée.

E-mail

L’adresse e-mail, si elle ne sert plus autant à la communication interpersonnelle qu’à son âge d’or des années 90-2000, reste malgré tout un élément essentiel de notre vie numérique, à la base de tous les autres services : vous en faites l’expérience probablement régulièrement, à l’exception des réseaux sociaux qui peuvent se contenter d’un numéro de téléphone, toutes les autres plateformes demandent une adresse e-mail d’inscription.

En outre, en tant qu’auteur, l’e-mail reste le moyen principal par lequel je soumets mon travail à des maisons d’édition ou des revues, par lequel le ping-pong des corrections se déroule, et idem la plupart du temps pour les beta-lectures.

J’utilise depuis plusieurs années l’un des pionniers du domaine en France : Mailo, autrefois nommé Net-C ou encore NetCourrier.

L’entreprise propose une offre gratuite, mais c’est pour l’abonnement premium que j’ai opté. À 12€ pour l’année, je trouve la somme parfaitement abordable, et payer pour un service en ligne que je considère aussi essentiel me semble une sortie très saine du règne du « gratuit, donc c’est toi le produit » qui domine largement le web.

Ce que j’apprécie particulièrement chez Mailo, outre que l’entreprise gère ses serveurs en France (ça fait du bien de changer des services basés outre-Atlantique) et prenne de bons engagements en faveur de la privacy, c’est la possibilité de créer des alias.

Un alias, qu’est-ce que c’est ?

C’est une adresse e-mail alternative à celle qui permet de vous connecter à votre boîte de réception. Tout message qui est envoyé à une adresse alias atterrit dans votre boîte, mais vous ne pourrez pas utiliser l’adresse alias pour vous y connecter.

Par exemple, l’adresse que je laisse accessible sur ce blog pour me contacter, keot@netcourrier.com, est un alias.

L’avantage de l’alias, c’est qu’en gardant secrète votre « véritable » adresse e-mail (celle qui permet d’ouvrir votre boîte), je pense que la tâche de pirater votre boîte e-mail devient plus ardue – je suis loin d’être expert en sécurité, mais ça me semble logique face aux méthodes classiques de credential stuffing par exemple, où un programme d’attaque teste méthodiquement une foultitude d’adresses e-mails fuitées.

En outre, si vous vous apercevez qu’une de vos adresses alias commence à recevoir trop de spam (ça peut arriver si elle a été fuitée et circule sur le marché noir des listes de spamming), vous n’avez qu’à supprimer cet alias et en recréer un autre.

Partage d’un fichier volumineux

Pour partager une pièce jointe qui ne contient pas dans un e-mail, je recommande sans hésiter l’excellent service proposé par Framadrop, qui chiffre intégralement le transfert et ne conserve aucune donnée personnelle pour des fichiers jusqu’à 3 Go de volume.

Toutefois Framasoft ne se destine pas à devenir une nouvelle plateforme centralisatrice, et encourage à tester aussi les alternatives basées sur les mêmes termes et du logiciel libre, visibles à cette page.

Visioconférence et audioconférence

Un outil qui peut bien servir dans cette période de confinement. Pour ma part, j’utilise régulièrement Jitsi, une plateforme open-source qui propose un service d’appel vidéo et audio, ainsi qu’un tchat et un partage d’écran intégré, le tout sans créer de compte et avec la politique de conserver aussi peu de données que possible (une Privacy Policy claire est en cours de préparation après l’explosion du nombre d’usagers selon ce post).

Jitsti Meet fonctionne directement sur navigateur, en autorisant l’accès à votre micro et/ou votre webcam. Sur smartphone, il faut installer l’application dédiée, disponible sur Android et iOS.

Je l’ai personnellement testé avec 4-5 personnes connectées, et tout marche bien.

C’est également la plateforme vers laquelle j’ai dirigé ma mère pour ses cours en audioconférence pendant le confinement, et avec une dizaine voire vingtaine d’utilisateur.ices connecté.e.s la conférence restait généralement claire (avec les problèmes inhérents de micros inégaux, bruits parasites sur smartphone, etc toutefois).

En conclusion

Voici pour ce petit tour d’horizon des services alternatifs que j’utilise personnellement si ce n’est au quotidien, du moins régulièrement, pour changer de ceux proposés par les géants du web.

Les raisons sont multiples : chercher à promouvoir des petites entreprises plutôt que des multinationales déjà tellement influentes, le respect des données personnelles, chercher à favoriser des groupes français…

Si vous testez aussi ces services, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, ou à m’indiquer d’autres services que vous utilisez !

(Par e-mail, message WordPress ou sur Twitter, je n’active pas les commentaires car en utilisant le WordPress gratuit je ne peux pas bien contrôler ce qui serait fait de vos données personnelles pour respecter le RGPD.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.