Vallée dérangeante

Crédit photo : Ben Sweet, @benjaminsweet, Unsplash.com


Un léger flash. L’air au-dessus de la scène semble trembloter un instant, puis la forme apparaît, bleutée sur le fond d’un noir uniforme. Un smiley géant, casquette à carreaux stylisée sur la tête, couleur du logo de Worldwide Professional Systems. Et puis la bouche de l’hologramme s’anime, et il parle :

— Ah, très bien, je vois la salle et… oui, je crois que je vous entends ! Comment est le son, de votre côté ? (Il se racle la gorge.) Un… deux… Test…

Sa voix est chaude et calme, limite vaguement sensuelle.

— Alors c’est ça, SHERLOCK ?

Jeff a sa tête du mec blasé, à qui on ne la fait pas.

— Un smiley de cinq mètres de haut qui fait sa star, et sans déconner, il s’est raclé la gorge ?

Je ne dis rien. Les rares moments où Jeff s’exprime, autant le laisser continuer.

— Je comprends juste pas l’intérêt. On sait que c’est une IA de putain de haut niveau, il parle comme un humain, pas de problème, si j’avais les yeux fermés je pourrais croire qu’il y a vraiment un type en train de se balader sur scène avec son micro. Mais ils lui mettent une gueule de vieux smiley de tchat façon MSN.

— La vallée dérangeante.

Un mec de chez WPS, avec chemisette officielle et ordi portable maison sur le bras. Il vient d’émerger du couloir des coulisses à notre gauche. Le regard qu’il nous lance derrière ses lunettes connectées n’est pas méprisant, ni quoi que ce soit. Juste celui du nerd en plein dans le trip de sa vie.

— Je sais pas si vous connaissez le concept ?

Jeff le fixe comme une possible menace qui pourrait se révéler mortelle d’une seconde à l’autre. Je souris :

— Vous savez, nous on est juste là pour que tout le monde se tienne tranquille.

— Ouais, j’ai déjà vu de vos gars à la boîte, NingirSecurity…

Il avait l’air sur le point d’ajouter quelque chose à ce sujet, mais renonce. Oui, on a fait les trending tweets pour des trucs pas forcément glorieux, si c’est ce que tu penses, je confirme.

Tout en faisant quelque chose sur son ordi, il reprend sur son sujet :

— C’est une notion super importante en robotique, pour l’interaction avec l’utilisateur final. Si l’apparence d’une intelligence artificielle se rapproche trop de celle d’un humain, disons, biologique, la moindre différence que vous percevrez par rapport à ce que vous attendez d’un humain va devenir terrifiante. Tant qu’on aura pas atteint le niveau d’un test de Turing parfait, si on veut qu’un robot soit sympathique, il faut lui donner un style qui joue sur le côté artificiel, genre qui soit un peu rigolo ou kawaii, si possible !

— Pas mal. Vous êtes un ingé du projet SHERLOCK, j’imagine ?

Mais quelqu’un l’appelle et il disparaît à nouveau dans les coulisses, avec un vague geste d’excuse.

Je regarde Jeff, qui ne me le rend pas.

— On sera toujours sortis quelques secondes de l’invisibilité des agents de sécu.

— Le pouvoir de la femme en uniforme…

Pince-sans-rire style maussade. Je lui file un petit coup de coude.

— Pitié.

Sur la scène, on dirait que les techies ont fini de régler la sortie son de SHERLOCK, ou quoi que ce soit qu’ils lui paramétraient.

À présent ce sont les musiciens qui entrent pour la répétition finale. Flot de costumes, robes et tailleurs noirs. Violoncelles, violons, quelques autres trucs, ils sont nombreux. Je remarque les sortes de bandeaux noirs en plastique mat qui cerclent les coiffures impeccables à hauteur de front. Et parmi tous ces cheveux bien sages, une cascade bouclée d’un bleu plus électrique que celui de SHERLOCK détonne.

Je glisse à Jeff :

— Eh, c’est VigCello, là-bas !

Il fronce un peu les sourcils, la référence ne lui parle pas.

— Cette fille, sur YouTube… Viviane. Elle fait des reprises d’OST de jeux, et de métal aussi, au violoncelle. Je t’ai jamais fait écouter, sérieux ?

— Pas que je sache.

— Il faudra.

— Ouais. Si tu veux.

Ils se mettent en place, ordonnés, rapides. Les dos se redressent, les archets se posent sur les cordes. La voix de SHERLOCK s’élève, enthousiasme tranquille qui résonne dans les voûtes ornementées de la salle d’opéra.

— Je suis heureux de vous retrouver toutes et tous ci, ce soir. Ce concert sera fantastique, comme les précédents, je n’en doute pas un instant !

Je chuchote à Jeff :

— Avec tout ce qu’on entend sur ce truc, je suis curieuse de voir ça.

Il répond presque à contrecœur :

— Moi aussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.